Le haïku, petit poème très court, comporte 17 syllabes sur seulement 3 lignes, de respectivement 5, 7, 5, syllabes.
Donc très court mais très évocateur ils sont intuitifs : un moment de la vie, un instant de nature rappelant toujours une saison. Influencée par la poésie chinoise, le tao, le bouddhisme, les aphorisme des écoles panthéistes zen, c'est au XVII siécle que la poésie japonaise voit naître le haïku.

Le haïhu est né du renga poème collectif pratiqué au japon depuis le VIII siècle.

L'art fut pratiqué par Basho, Issa, Buson, le moine Ryôkan.

 

kono aki wa
nande toshiyoru
kumo ni tori
Basho
Cet automne-ci
pourquoi donc dois-je vieillir ?
oiseau dans les nuages

Ci-dessus, la traduction en français ne correspond pas aux 17 syllabes.



L'indolent si pieux

Là l'insolence des lieux

L'été silencieux.

Do Si La Sol Si. Séverine de la Moppre.



17..... 144 ..... 153..... Livre des morts égyptiens, la pêche miraculeuse, Ave ...153.


1618 Quand le 17 impair et manque le nombre d'or, dort.

L'art de passer à coté des choses.


Peut importe ce que l'on croit savoir, ce qui est important c'est ce que l'on fait.

Car se croire propriétaire du vrai est une intoxication .