Dans ce site  sous la rubrique citations nous trouvons :

" Personne n'est plus vieux qu'un enfant mort." Tchouang-tseu. Cette citation est difficile à comprendre. Pour cela il faut intégrer ce qui suit: "L'univers existe en tant que potentialité formelle en myriades de ramifications possibles dans le domaine transcendant et ne devient manifesté que lorsqu'il est observé par un être conscient. "(Goswami, 1993:141).

C'est toute la philosophie du groupe GRZ.  Metatron, Lad...

Ici dans une improbable rencontre de coïncidence

Les deux cortèges

Deux cortèges fe font rencontrés à l'églife,

L'un eft morne :- il conduit le cercueil d'un enfant ;

Une femme de fuit, presque folle, étouffant

Dans fa poitrine en feu le fanglot qui la brife

L'autre, c'eft un baptème : un bras qui le défend

Un nourriffon gazouille une note indécife ;

Sa mère, lui tendant le doux fein qu'il épuife,

L'embraffse tout entier d'un regard triomphant !

On baptife, on absout, et le temple fe vide,

Les deux femmes, alors, fe croifant fous l'abfide,

Echangent un coup d'oeil auffitôt détourné ;

Et - merveilleux retour qu'inspire la prière-

La jeune mère pleure en regardant la bière,

La femme qui pleurait fourit au nouveau-né.

Joféphin (Joseph Marie) Soulary, dit le "Benvenuto de la rime."

 23 février 1815- 28 mars 1891 .