Sommeil du paria

Dormir pour oublier, rêver à d'autres mondes,

Tel est le seul désir de cet homme égaré

Que l'on a rejeté, seul et désemparé,

Au-delà de la vie, vers des failles profondes

Des pays tant aimés, lointaines terres blondes,

Ne plus se souvenir, et, pantin effaré,

Poursuivre son chemin, suspect, non déclaré,

En évitant les heurts et redoutant les frondes.

...

De tous ces jours sans fin où se perd la raison.

France Wrytcheff.