C.

4.La conjecture du « guérisseur blessé ». E1J4 III2H
4.1.«Ce qui arrive aujourd'hui et ce qui arrivera plus tard, cela s'est déjà passé autrefois. Dieu reproduit ce qui a disparu dans le passé». Ecclésiaste 3.15 code strong 03528, 0430.
4.2.L’homme se voit sauvé pour avoir de tout temps fait tout ce qu'il fallait pour se détruire.
4.2.1.Dans cette abstraction de synchronicité malmenées(a) , la détresse du guérisseur meurtri, surgit.
4.2.1.1.Telle est l’autre visage de l'usynchronie, une forme d'intention sublime un pouvoir de sauver l'autre indépendamment de sa propre blessure
4.2.1.2.Ce paradoxe serait donc le chemin du vrai(b) . Et si l’essence était donc dans le phénomène(c), pas au-delà ?
4.3.Quand le doute fabrique de quoi douter dans le futur, il nous prouve surtout notre raison de douter au présent.
4.4.Cette évidence témoigne de l'obscure assiduité à oublier le potentiel au profit du réel, or l'absence de potentiel est irréaliste dans le sens qu'il annihile le réel.
4.4.1.Un peu comme si une conscience prétendue intégrale pouvait s'observer sujet, amputée de l'objet de son observation.
4.4.1.1.Et pourtant c'est ce que nous faisons tous, dans l'introspection.
4.4.1.2.A l'image de la conscience, le réel ne peut donc pas être amputé de son potentiel.
4.4.2.Cette dualité s'illustre par le fait qu'on ne perd toujours qu'une partie de soi-même.
4.4.3.On pourrait donc en conclure comme le rationalisme(d), qu’esclave d'une illusion notre vie n'a rien à craindre si on sait faire face à ses peurs à ses blessures.
4.4.4.Et le rationalisme ne définit que le comment, jamais le pourquoi, domaine de la croyance.
4.4.5.Platon va jusqu’à dire que l’art engendre l’illusion.
4.4.6.Cette dichotomie cerne aussi l'observateur non pas comme sujet-objet, là c'est évident, mais comme le ferait un chant diphonique(e) , sorte de duettiste solitaire.
4.4.7.Nous suggérons que le conscient laisse son double (éveiller dans le songe), programmer les potentiels du futur afin de sortir de cette contrainte d'équilibre.
4.4.7.1.Or c'est justement dans l'usynchronie que ce réalise cette évolution.
4.4.7.2.Nous serions alors dans cet étonnement que suggère les anagrammes ; marie-aimer,. Diev, vide. Nier-Rien, soigneur-guérison, en allant chercher sens par delà les coïncidences.
4.5.La «conjecture du guérisseur blessé» pourrait donc être la source d'une évolution spirituelle.∎

Notes.

(a) Où l'on traite de la conduite que doit tenir l'âme pour entrer dans cette nuit des sens.
Que l'âme donc s'applique sans cesse non à ce qui est plus facile, mais à ce qui est plus difficile;
Non à ce qui plaît, mais à ce qui déplaît; …
Non à vouloir quelque chose, mais à ne rien vouloir; …
Pour arriver à goûter tout, veillez à n'avoir goût pour rien.
Pour arriver à savoir tout, veillez à ne rien savoir de rien.
Pour arriver à posséder tout, veillez à ne posséder quoi que ce soit.
Pour arriver à être tout, veillez à n'être rien en rien.
Pour arriver à ce que vous ne goûtez pas, vous devez passer par ce que vous ne goûtez pas.
Pour arriver à ce que vous ne savez pas, vous devez passer par où vous ne savez pas.
Pour arriver à ce que vous ne possédez pas, vous devez passer par où vous ne possédez pas.
Pour arriver à ce que vous n'êtes pas, vous devez passer par ce que vous n'êtes pas.

Quand vous voulez vous arrêter à quelque chose, vous cessez de vous abandonner au tout.
Car pour venir du tout au tout, il faut se renoncer du tout au tout.
Et quand vous viendrez à avoir tout, il faut l'avoir sans rien vouloir.
Car si vous voulez avoir quelque chose en tout, vous n'avez pas purement en Dieu votre trésor.
Jean de la Croix.
(b) Oscar Wide.
(c) Phénoménologie. Retour auxchoses mêmes. Hussel(1859-38), Merleau Ponty (1908-61)
(d) Rationalisme, Les sens peuvent nous tromper, la raison accède à la vérité. Platon(427-347avjc) Descartes(1596-50)
(e) Dans un chant, présentation de deux sons simultanément.