Prise de parole. (voir aussi diction cap 1).


 

Des trucs utiles :

 

TRAC

Le Trac source d'énergie : un trac bien négocié est un trac utile. Il mobilise l'énergie dont on a besoin pour faire face à une situation inhabituelle ou déstabilisante, il permet le passage à l'acte de la prise de parole qui, lui-même, fait disparaître le trac.

La Respiration, la décontraction et les autres points abordés sur ce site aident à bien utiliser l'énergie libérée par le trac.

 

 

LA RESPIRATION

Il existe trois types de respiration : claviculaire, thoracique et abdominale.

Celle qui sollicite les muscles abdominaux est adaptée à l'expression orale, qu'elle soit parlée ou chantée.

Cette respiration par le ventre est la première que nous connaissions. Elle est innée. C'est celle des bébés, des petits enfants, des personnes qui ont pu conserver un rythme de vie proche de leur rythme biologique.

Régulièrement et sans précipitation, travaillez-la, vous parviendrez à respirer de cette façon à volonté. Il faut vous rééduquer.

En dormant, vous respirez par le ventre, c'est donc que vous savez le faire.

Une main sur le ventre, soufflez profondément et, ensuite, relâchez progressivement la tension abdominale.

Il faut décompresser !

 

LA DECONTRACTION

La décontraction, une interaction manifeste entre les gestes et la parole : les tensions parasites entravent votre expression et votre liberté de mouvement.

Comme un sportif, travaillez la détente du corps pour le rendre disponible et plus fort.

Une méthode simple : contractez une partie du corps puis relâchez progressivement la tension, faites le pour les muscles du visage et jusqu'au bout des orteils, petit bout par petit bout.

Plus forte sera la tension plus forte sera la détente ! (commencez doucement)

 

 

LA PREPARATION

3 grandes approches pour se préparer à des événements importants : la visualisation l’automotivation et le corps starter de l’émotion.

1°) La visualisation

Elle s'utilise de deux manières :

Premièrement, se visualiser en train de faire une prise de parole brillante, dans le lieu et face au public prévu. Comme au cinéma vous devenez l'acteur d'un film à succès !

Deuxièmement : visualiser des images personnelles qui vous mettent dans un état positif, agréable et disponible.

2°) L'auto-motivation :

La méthode Coué et la pensée positive ont fait leur preuve. N'en minimisez pas les résultats. A consommer sans modération, abus conseillé !

3°) Le corps starter de l'émotion

Développée par le Studio Pygmalion pour le training de comédiens professionnel, cette approche a fait ses preuves : vous pouvez par le corps créer des émotions positives pour aborder la prise de parole.

L'utilisation des gestes, des postures et de la respiration vont vous aider à exprimer par le corps vos émotions.

 

LE SILENCE

Le silence est un bon moyen de reprendre sa respiration et de ménager ses effets.

Dans le jargon du spectacle, il est dit que le public respire comme "le plateau". Alors, comme en musique, faites des silences, des respirations et laissez respirer votre public.

Le silence est aussi un outil pour être à l'écoute du public.

En prenant votre temps, vous prendrez votre place et gagnerez en assurance.

Faites des pauses et posez vous !

LE SOURIRE

Le sourire pour Soi : le corps starter de l'émotion, vous pouvez décider de votre humeur, choisissez d'être gai.

Le sourire pour le public : l'humeur possède la particularité de déteindre sur votre interlocuteur, vous l'avez sûrement constaté, et cela s'appelle l'empathie. Profitez-en pour lui insuffler une humeur positive. Il n'en sera que mieux disposé à votre égard.

Comme toute émotion, le sourire à besoin d'être respiré et se construit plus particulièrement sur l'expiration. Soupirez d'aise et souriez.

Souriez vous êtes filmé !

 

L’ARTICULATION

La diction est un élément fondamental de l'expression orale, étymologiquement c'est l'art de dire, qui se décompose en articulation et prononciation.

Dans un premier temps, c'est le minimum de la politesse que d'articuler pour bien se faire comprendre. Au-delà de ce premier constat, articuler c'est aussi se donner les moyens d'être plus fort et plus efficace.

L'appui sur les voyelles et les diphtongues donne de l'amplitude et renforce la notion de plaisir et de "gourmandise" des mots.

En s'appuyant sur les consonnes, vous donnerez du poids aux mots et vous consoliderez votre impact et votre conviction.

 

LES GESTES

Joindre le geste à la parole, c’est renforcer l’impact de sa communication.

Mettre le corps en mouvement, c'est déjà être dans l'action. Je bouge donc je suis !

Votre interlocuteur ressent votre investissement grâce à vos gestes et aux expressions de votre visage, de votre regard. Parler avec ses tripes, c'est parler avec son corps. Comme un chef d'orchestre et comme un comédien, il faut "mouiller la chemise". Vous devez vous donner à votre public.

Laissez la liberté à vos mains de s'exprimer : conservez vos mains devant vous, en ouverture.

Faites des gestes hauts, des gestes assumés, c'est-à-dire au-dessus du coude. (Evitez les attitudes de compensations que sont les mains dans le dos ou les bras croisés) .

 

LA POSTURE

La position du corps : contraction, extension, en avant ou en arrière, chacune de ses positions exprime ou résulte d'un ressenti différent. Bécassine et Obélix amoureux ont tous les deux les pieds en dedans. Pour travailler la déprime, le malheur, le comédien va travailler vers la contraction : corps voûté, tête penchée, yeux au sol.

Travailler l'assurance nécessite de se redresser, de relever la tête, de tenir le regard et d'ouvrir le corps.

Pour ne pas être déstabilisé, soyez stable sur vos appuis, soyez grand, soyez ouvert.

Pieds écartés à la largeur des hanches et effectuez une légère bascule du bassin vers l'avant, comme dans les arts martiaux.

 

5 ACTIONS POUR BIEN COMMENCER

Il n'y a pas de baguette magique et, pourtant, en appliquant quelques trucs les résultats sont immédiats. Voici cinq actions à respecter pour renforcer l'impact de votre arrivée face à un interlocuteur ou face au public.

 

Le club des cinq :

Aller vers le public : avancer.

Geste d'ouverture : accueillir.

Entrer en relation : regarder.

Posez-vous : expirer/souffler.

Faire plaisir : sourire.

 

LE CONTENU

Vous communiquez pour trois raisons: faire savoir, faire comprendre, faire partager.

Structurez votre discours à l'aide d'un message essentiel et de quatre à six sous messages, en les hiérarchisant. L’essentiel est dit au début.

Commencez par des faits, puis donnez votre opinion. Faites part de vos sentiments et tirez-en les conséquences. Validez ce que vous attendez de votre public et tirez-en une conclusion tournée vers l’avenir.

Il faut choisir entre être utile ou se faire plaisir. Ne garder que le nécessaire et conserver « des cartouches » pour les réponses aux questions.

 

PRENDRE LE TEMPS

Prendre le temps renforce l’impact.

Il existe deux leviers pour prendre son temps : le silence et le débit.

 

Voici les outils pour faire jouer ces leviers :

Le Silence :

Respirer

Regarder

Faire des gestes

Occuper l’espace

 

Le débit :

Articuler (donner de la valeur à ce qui est dit)

Faire des gestes en parlant (permet de se freiner)

Regarder votre public les yeux dans les yeux

Scander les mots ou idées importantes

Répéter ce qui doit être souligné