Fiche les effets , Niveau BTS.

Analyse de trois phénomènes atypiques sur le comportement des consommateurs.


Effet Giffen du nom de Robert Giffen, économiste anglais. On dit aussi le paradoxe de Giffen. Il a observé, en période de crise économique, qu’une hausse du prix du pain pouvait s’accompagner d’une augmentation de la consommation du pain chez les personnes aux faibles revenus. Ceci s’explique par la situation de capacité d’achat de produits alimentaires qui détermine un report sur les produits de la première nécessité. Le paradoxe de Giffen ne se vérifie que sur les groupes sociaux aux faibles revenus.

L’effet Veblen, du nom de l’économiste et sociologue Thorstein Veblen, dans son ouvrage Théorie de la classe de loisir (1889) est aussi appelé aussi effet de snobisme. (Snob vient de sine nobilitatis, sans noblesse). C’est le besoin qu’ont certains consommateurs de se démarquer des autres. Ainsi, lorsque les prix des biens dits de luxe augmentent, la demande s’élève paradoxalement. Et à l’inverse la consommation diminue lorsque les prix baissent.

L’effet de cliquet. (Ratchet effect en anglais) de L’économiste américain James Duesenberry (né en 1918). Par analogie au cliquet, un mécanisme qui sur une roue dentée, empêche un système de revenir en arrière et le force implicitement à aller de l'avant.
Lorsque le revenu augmente la consommation augmente, mais si le revenu diminue ensuite, la consommation ne diminue pas immédiatement et elle diminue moins fortement. : le consommateur a parfois tendance à maintenir son niveau de consommation antérieur même en cas de baisse de son revenu. Il peut même être amené à prélever sur son épargne.

L’effet cliquet s’apparente au paradoxe de Juan Parrondo physicien espagnol dans la théorie des jeux. « soit deux jeux ayant une probabilité de perte plus grande que celle de gain, il est possible de construire une stratégie gagnante en jouant deux jeux alternativement ».

L’effet cliquet, dans le cadre d'un contrat d'épargne, est un mécanisme par lequel les intérêts réalisés au cours d'une année, sont définitivement acquis sans pouvoir être remis en cause par les futurs résultats du placement en question.